Visite de terrain : Square de l’abbé Boisard

La mairie du 3e et le conseil de quartier ont le plaisir de vous convier à une visite de terrain sur le futur site du square de l’abbé Boisard, ce vendredi 20 octobre 2017 à 18h30.

Cette visite a pour but d’échanger sur les usages attendus et les attentes des riverains et des futurs utilisateurs de cet espace, en préalable à une concertation plus formelle qui sera organisée en mairie dans les semaines à venir.

Ce travail sur le terrain permettra de cadrer le travail des services et leur permettre d’imaginer le futur de ce nouvel espace vert de l’arrondissement.

Rendez-vous à 18h30 à l’angle du Cours Gambetta et de la rue de l’abbé Boisard, vendredi 20 octobre 2017.

Retrouvez cet événement dans notre agenda : Visite du square de l’abbé Boisard.

Commission Culture : lundi 18 septembre à 18h30 !

Mesdames et Messieurs les conseillers de quartier,

Nous avons le plaisir de vous rappeler la date de notre prochaine commission Culture :

Lundi 18 Septembre 18h30 à la mairie du 3ème au 1er étage salle de réunion

Ordre du Jour:

-Préparation de « Artisdici »

– Questions diverses-

Pour fêter le plaisir de nous retrouver , nous avions convenu de faire une deuxième partie de réunion  un peu festive.. Donc , que chacun apporte un petit quelque chose pour ce buffet participatif !

Amitiés à tous.

Lionel Sorret-Régine Vigna

Enquête publique Part-Dieu : contribution du conseil de quartier

Chers membres du conseil de quartier,
Nous avons organisé au cours de la première quinzaine de juillet deux réunions en vue de contribuer à l’enquête publique sur le projet d’extension et de rénovation du centre commercial de la Part-Dieu. Le conseil de quartier remercie les habitants qui ont participé à ces deux réunions.
Ces réunions ont abouti à la rédaction d’une synthèse que nous avons publiée sur le registre numérique de l’enquête publique, de façon dématérialisée, que vous pouvez découvrir à l’adresse suivante : http://www.registre-numerique.fr/ExtensionCCPart-Dieu/voir-avis?avis=18713
Sur 8 pages, nous synthétisons l’ensemble des remarques évoquées par les habitants du quartier qui ont pris le temps de participer à l’une ou l’autre des réunions, et ce travail que nous avons voulu collectif constitue donc la contribution du conseil de quartier à cette enquête, grâce à ce format pluri-disciplinaire très enrichissant, de l’avis de tous les participants.
Vous souhaitez contribuer à l’enquête publique ? S’il est trop tard pour le faire avec le conseil de quartier, il reste encore quelques heures pour le faire à titre individuel depuis le site http://www.registre-numerique.fr/ExtensionCCPart-Dieu ! La consultation se termine le 26 juillet 2017 à minuit.
Introduction
Le Conseil de Quartier Voltaire Part-Dieu est l’un des cinq conseils de quartier du 3e arrondissement de Lyon. Le périmètre du Conseil de Quartier comprend la ZAC Part-Dieu en général, et le centre commercial de la Part-Dieu en particulier. De fait, il semblait évident de convier les 160 membres du conseil de quartier à participer à des réunions ayant pour objectif de formaliser une réponse collective du conseil de quartier.Pour ce faire, une réunion pluridisciplinaire, composée de représentants des commissions habituellement tournées vers des questions d’urbanisme, de culture et de développement durable, a été organisée par le Conseil de Quartier, le mercredi 5 juillet et le mardi 18 juillet 2017. Ce document constitue donc la réponse du Conseil de Quartier Voltaire Part-Dieu à l’Enquête Publique ouverte par l’arrêté municipal du 22 mai 2017 concernant la demande de Permis de Construire n°69 383 16 00352.

La rénovation du centre commercial de la Part-Dieu est un événement accueilli avec bienveillance par les habitants du quartier. Si le Conseil de Quartier est absolument convaincu qu’une rénovation en profondeur est nécessaire, le projet tel qu’il nous est présenté soulève aussi de nombreuses questions, aussi bien en termes de choix effectués que de contraintes contemporaines qu’il nous semble important de prendre en compte, pour en faire un lieu sûr et agréable pour tous. Veuillez découvrir ci-après notre contribution, organisée par thème et sous-thème pour en faciliter la lecture.

1. Aspect extérieur des bâtiments
A. Une demande forte : des murs végétaux pour casser le monolithe !

Le Conseil de Quartier estime que le parti pris qui consiste à conserver le motif en moucharabieh n’est pas en phase avec notre époque. Cela va à l’encontre des choix réalisés ces dernières années – jusqu’à la victoire même de l’architecte finalement retenu pour son respect de cet « invariant » que le Conseil de Quartier estime d’un autre temps.

D’une part, il nous semble incontestable que ce béton moulé se révèlera extrêmement complexe à nettoyer, néfaste pour l’environnement à cause de l’utilisation des produits chimiques qu’impliquent ces opérations de nettoyage, sous l’effet des tags et de la pollution. Voici 30 ans qu’on attend un ravalement de façade de la Part-Dieu, difficile de croire que le bailleur les réalisera désormais plus fréquemment, à des seules fins esthétiques. Les façades et pignons, en l’état actuel, prouvent qu’ils se sont dégradés dans le temps relativement plus vite que prévu : ne reproduisons pas la même erreur.

D’autre part, la présence de grands murs (nous relevons le chiffre de 18 000 m2 de nouvelles façades, soit la superficie de deux terrains de football) pose aussi question en termes de création d’ilots de chaleur qui, l’été, seront insupportables. C’est la raison pour laquelle le Conseil de Quartier demande que le projet fasse l’objet d’une révision esthétique pour intégrer des murs végétaux qui auront d’une part l’avantage d’éviter la formation de nouveaux ilots de chaleur, d’autre part donneront un bel aspect au bâtiment, qui pourra ainsi exploiter les eaux pluviales au-delà des quelques poches de verdure prévues sur les terrasses, et d’enfin absorber plus de CO2 que le projet tel qu’il est envisagé aujourd’hui. La création de murs végétaux saura casser l’aspect monolithique du bâtiment, et apportera une dose de végétalisation visible et bienvenue dans un quartier qui, en dépit des discours, est très minéral.

B. Une végétalisation discutable

Le Conseil de Quartier déplore le double-discours tenu par les responsables du projet Part-Dieu au sujet de la végétalisation du quartier, largement insuffisante à nos yeux alors que des arbres sont arrachés sans concertation préalable pour les besoins des chantiers. Les actions ne correspondent pas aux discours et on découvre trop tard l’étendue des dégâts : ainsi, de magnifiques arbres vieux d’une quinzaine d’années ont été coupés devant l’hôtel Ibis récemment pour élargir la rue Desaix, par laquelle va désormais transiter une partie du trafic automobile.

Dans le cadre du projet d’agrandissement du Centre Commercial, ce sont les arbres de l’ancienne place d’armes de la caserne, sur le Lot Etat, que l’on prévoie d’arracher. Les habitants demandent à ce que ces arbres centenaires, irremplaçables, ne soient pas arrachés au profit de la base de vie, mais que la base de vie soit organisée autour d’eux. Cette demande va dans le sens de la contribution de la mairie du 3e à la révision du PLU-H de la Métropole de Lyon antérieure à 2016, où il était expressément souhaité de « sauvegarder les éléments de nature et notamment les arbres remarquables ». Nous pensons que des arbres centaines sont des arbres remarquables.

Le conseil de quartier s’interroge sur le rôle de supervision que joue la SPL. Entre des discours et des plans où l’on semble voir plus d’arbres en fin de projet, et la réalité ou de grands arbres sont abattus sans discernement (chênes verts, platanes…), on sent qu’il existe un écart et nous pensons que la végétalisation de la Part-Dieu est un effort global de toutes les parties prenantes qui doivent s’engager pour offrir plus de verdure aux habitants du quartier et aux visiteurs, et lutter contre la création d’ilôts de chaleur.

C. Un centre commercial qui prend de la hauteur

Sous une communication qui largement insiste sur le caractère écologique du projet, il s’agit surtout d’un projet d’extension et de rénovation du centre commercial qui, contraint en termes d’emprise foncière, est contraint de gagner en hauteur pour gagner la superficie attendue : le centre commercial va ainsi gagner 32 000 m2 de surface nette, avec une poussée verticale d’au moins deux mètres par rapport au toit-terrasse existant, mais parfois de plus de 20 mètres (pour le multiplexe). Le conseil de quartier s’interroge sur le vis-à-vis que ces modifications vont impliquer pour les habitants vivant à proximité et aimerait des précisions sur l’impact visuel que ce centre commercial plus haut aura des fenêtres des habitants alentour.

Les porteurs du projet insistent aussi sur la vue que nous pourrons voir sur Lyon, Fourvière et les Alpes depuis le toit de la Part-Dieu. Mais en sommes-nous vraiment sûrs ? Compte tenu des nombreuses tours construites autour de la Part-Dieu, et compte tenu du projet architectural des restaurants envisagés, quelle sera la vraie vue que l’on aura depuis les toits ? Et quelle prise au vent aurons-nous ? A une telle hauteur, le vent souffle toujours fort et pourrait donc en faire un lieu invivable plusieurs mois de l’année, ce qui va à l’encontre de tout projet d’activité professionnel (un restaurant ne pourrait, compte tenu des loyers, reposer sur une seule activité estivale).

2. Une place à vivre en hauteur ? Vraiment ?

A. Un jardin suspendu : une fausse bonne idée

A l’époque des socles actifs et des grandes baies vitrées en rez-de-chaussée, le centre commercial de la Part-Dieu essaie de convaincre du bien-fondé d’un projet né voici plus de dix ans, autant dire une éternité en termes d’urbanisme. De précédentes expériences ont prouvé qu’un jardin suspendu, ça ne fonctionne pas : à Perrache, qui fréquente les jardins suspendus ? A Nice, ils ont finalement été détruits, car ça n’a pas marché. Ce n’est pas la construction de grands escaliers qui va donner envie aux habitants de s’approprier un espace soumis aux vents d’altitude.

Nous pensons que la place de restaurants n’est pas sur le toit, sauf si le point de vue sur la ville est à ce point extraordinaire, mais plutôt en bas, le long des rues, le long d’espaces verts spécialement aménagés. Avec le projet tel qu’il est présenté, le centre commercial est encore trop fermé sur lui-même : on n’y entre que par des entrées majestueuses, et on longe d’interminables murs. La présence de restaurants, de cafés, en rez-de-chaussée, apporterait, elle, de la vie au quartier, à l’heure du déjeuner pour les gens qui travaillent ici et à l’heure du diner pour les habitants qui vivent ici. Pourquoi le centre commercial de la Part-Dieu serait-il dispensé des efforts qu’ont dû consentir les autres projets immobiliers lyonnais, avec la création de socles actifs apportant de la vie à hauteur d’homme. Nous pensons que la place des boutiques populaires n’est pas sur le toit d’un centre commercial, mais pour le rendre facile d’accès plus au sol.

Et quand bien même le projet nous vante sa nouvelle vocation de centre commercial entièrement tourné vers le piéton, on découvre qu’il reste encore deux parkings sur le toit du centre commercial, pour Carrefour et Decathlon. Pourquoi ? Les emprises des rampes d’accès à ces deux parkings ne sont-elles pas trop importantes pour justifier de conserver ces quelques 300 places au total ? Pourquoi ne pas jouer entièrement la carte de l’espace piétonnier, entièrement aménagé pour les piétons, pour les promeneurs, pour les clients des restaurants trouvant alors un espace pacifié à l’écart de toute circulation automobile ? Et ce d’autant plus que les parkings du centre commercial sont proches des grandes surfaces concernées.

B. Une sécurisation des lieux à prouver

Le projet présenté par Unibail Rodamco ne semble plus en phase avec les besoins accrus en termes de sécurité que nécessite la crainte de nouveaux attentats. Il a été présenté aux habitants, lors de précédentes réunions publiques, la possibilité d’organiser des événements, des concerts sur le toit-terrasse de la Part-Dieu, ce qui là encore semble poser des problèmes de sécurité, notamment en cas de mouvement de foule, à l’instar de ce qui s’est passé à Turin en 2017 à la suite d’un simple match de football opposant la Juventus et le Real Madrid.

Le Conseil de Quartier demande à ce que les mesures envisagées par Unibail Rodamco soient précisées : éclairage puissant en conformité avec les attentes des habitants en termes de sécurité, voir ci-dessous (et d’ambiance lumineuse), installation de vidéo-surveillance, présence d’un PC Sécurité permanent, fermeture des toits au-delà d’une certaine heure, nuisances sonores nocturnes envisagées en raison d’une présence humaine tard dans la nuit… Nous attirons l’attention du commissaire-enquêteur sur le manque d’information au sujet de la sécurisation des toits, quand on sait aujourd’hui qu’il est bien difficile de sécuriser certaines zones du centre commercial comme ses coursives (bien connues pour leurs divers trafics, pour leurs tristes agressions), ou encore les terrasses extérieures autour de la Tour Part-Dieu.

L’éclairage est un élément indispensable pour une sécurité accrue du lieu : l’éclairage, notamment à l’extérieur via les accès au toit, se doit d’être économe, comme c’est prévu avec des éclairages de type LED, mais aussi puissant (et ‘invandalisable’) car c’est un élément de sécurité très important dans les lieux publics.

C. Une accessibilité qui doit être améliorée, ou mieux expliquée

Le Conseil de Quartier s’interroge sur l’accessibilité des terrasses : certes, trois escaliers monumentaux sont prévus, il semblerait même que des escalators soient également prévus le long de la façade située le long de la rue Bouchut, mais qu’en est-il d’installations telles qu’un ascenseur direct pour les handicapés et personnes âgées, un monte-charge pour les pompiers, au cas où ils devraient intervenir directement sur le toit-terrasse. Nous pensons également que des accès à chaque étage du centre commercial, au lieu du seul toit, donneraient à ces grands escaliers une fonction pratique bienvenue qui leur garantira du passage à toute heure au-delà des clients qui ne sont intéressés que par le toit.

Les plans montrent qu’une grande partie des passerelles sont conservées, notamment celle qui mène à la barre du Lac. Nous pensons que le maintien de cette passerelle en béton est contraire à notre volonté d’un quartier pacifié qui n’est pas le terrain de jeu des livreurs en scooter, des délinquants qui aujourd’hui ont appris à se servir de cet urbanisme de dalles d’un autre temps pour organiser leurs trafics. Les avis sont partagés concernant le sort à réserver à cette passerelle (maintien total, suppression ?) : la maintenir voudrait impliquer des aménagements prévenant l’accès facile et direct à la barre de la rue du Lac.

Installer des cinémas et des restaurants sur le toit va demander des trésors d’imagination pour inciter les Lyonnais à aller jusque-là : un seul escalier étant doté d’escalators, on se demande comment inciter le public à aller au cinéma ou au restaurant depuis le pied du centre commercial, alors même que l’avis environnemental demande à ce qu’il n’y ait pas d’enseigne lumineuse sur les nouvelles façades. Nous pensons, pour aller dans le sens d’une Diagonale Culturelle, qu’il faudrait mieux comprendre l’organisation de l’espace depuis l’auditorium : nous aimerions que des vues complémentaires en 3D soient préparées pour nous permettre de visualiser les nouvelles terrasses et le nouveau complexe cinéma, vu depuis la rue Garibaldi ou la place Charles de Gaulle (parvis de l’Auditorium). De la même façon, nous aimerions savoir quel est l’avis de l’Architecte des Bâtiments de France : nous sommes en effet dans un rayon de 500 mètres par rapport à l’église du Saint Sacrement, et l’Auditorium lui-même est un bâtiment classé. Il en existe certainement d’autres mais l’esthétique extérieure se doit de tenir compte de l’avis, contraignant, de ces instances.

3. Penser au bien-être des salariés du centre commercial

A. Des conditions de travail difficiles

Le projet se vante, avec raison, de créer 900 emplois dans les magasins et restaurants qui ouvriront suite aux travaux d’agrandissement. Mais le Conseil de Quartier s’interroge sur les conditions de travail des salariés de ces établissements. En effet, rien ne semble prévu pour les employés du centre commercial, pas plus demain qu’hier.

Le Conseil de Quartier demande des précisions sur les efforts envisagés par le bailleur pour offrir aux employés du centre commercial des conditions de travail agréables : une place de parking pour les salariés contraints à des horaires matinaux – quand les transports publics dorment encore, une crèche d’entreprise ouverte aux employés de toutes les boutiques du centre commercial, et l’ouverture d’un restaurant d’entreprise.

Il faut savoir qu’aujourd’hui, les employés des boutiques n’ont d’autre alternative que d’errer dans le centre commercial à l’heure de leur pause, dans le vacarme incessant qu’un lieu aussi fréquenté implique. De fait, le conseil de quartier pense qu’Unibail Rodamco peut jouer un rôle de pionnier et offrir aux salariés des boutiques qu’il accueille des services spéciaux gratuits ou très bon marché. Les travaux d’extension sont ainsi une chance de créer des espaces pacifiés destinés aux salariés : repos, restauration… qui font d’eux des employés soignés, et non des clients parmi d’autres du centre commercial.

Conclusion
Le Conseil de Quartier n’est pas opposé au projet de rénovation, il s’interroge sur le bien-fondé de certains partis pris qui, depuis plus de 10 ans maintenant, conditionnent les esprits et donc le projet. En effet, nous nous interrogeons par exemple sur le choix de façade en moucharabieh, alors même que la façade actuelle prouve que la durée de vie d’une telle façade est relativement courte, avec d’importantes contraintes d’entretien. Nous estimons que les ouvertures, contraintes par la recherche d’un compromis avec les façades en moucharabieh, sont insuffisantes pour ouvrir la Part-Dieu sur l’extérieur : une baie vitrée montre l’intérieur, mais n’ouvre pas sur l’extérieur.

Le Conseil de Quartier est convaincu que les toits méritent une meilleure utilisation que celle qui fut la leur pendant 40 ans, mais la place de restaurants et d’espaces végétalisés n’est pas tant à 30 mètres de hauteur qu’à même le sol, ce qui aurait le mérite d’ouvrir la Part-Dieu sur le quartier et de rendre les restaurants immédiatement accessibles à tous sans devoir faire l’effort de grimper des escaliers monumentaux.

Les efforts en termes de végétalisation nous semblent insuffisants, au même titre que les efforts de la SPL en termes de végétalisation au sein de la ZAC Part-Dieu qui inclut le centre commercial et qui mérite donc une vision plus globale que le centre commercial pris en tant que tel : la suppression de dizaines d’arbres ces dernières semaines ne sera jamais compensée par la plantation d’arbustes. Une vraie politique volontariste est indispensable pour offrir aux habitants du quartier, encore nombreux, de vrais espaces verts au-delà des trames vertes dont on essaie de nous convaincre du bien-fondé.

Ce compte-rendu a été rédigé suite aux deux réunions organisées par le Conseil de Quartier Voltaire Part-Dieu.

Fait à Lyon, le mardi 18 juillet 2017.

Compte-rendu rédigé par Xavier Yseux.